/Régime paléo et sport d’endurance

Régime paléo et sport d’endurance

Principe du régime paléolithique :

Nos gènes ne sont pas adaptés au mode alimentaire actuel mais plutôt à l’alimentation de nos ancêtres du Paléolithique qui vivaient entre -3 millions d’années et -10 000 ans. En se remettant à la diète ancestrale, on perdrait du poids tout en prévenant un certain nombre de maladies chroniques.

Plus de protéines. Nos ancêtres consommaient plus de protéines que nous, notamment animales.

Autant de graisses, mais différentes. Les graisses étaient différentes avec un apport élevé en oméga-3.

Moins de glucides. Leur seule source de sucre étaient les fruits, les racines et tubercules et les baies.

Les principales règles de ce régime sont :

  • Manger des viandes maigres, poissons et produits de la mer
  • Manger des fruits et végétaux sans amidon à volonté
  • Pas / peu de céréales
  • Pas / peu de légumineuses
  • Pas de produits laitiers
  • Pas d’aliments transformés
En bref, on se rapproche plus du bon sens que du régime miracle !
On se rapproche plus du bon sens que du régime miracle !

Avantages directs du régime paléo pour les sportifs :

Absence d’aliments à index glycémique élevé = utilisation des graisses et limite la prise de poids

Caractère alcalinisant = protège le capitale osseux et limite la fonte musculaire

Diminution d’aliment allergisants = protection du système digestif et limitation des maladies inflammatoires

Richesse en omega 3 = prévention cardio-vasculaire et du vieillissement

A quel type de sportif ce régime convient t’il ?

Le régime Paléo est compatible avec la plupart des sports de force. Cependant l’impact sur le développement physique et les performances sera très variable d’un individu à l’autre.

Ce régime convient principalement aux sportifs occasionnels. La pratique d’un sport de manière intensive n’est pas « paléo ». L’apport en glucide du régime paléo est trop faible pour un athlète qui pratique de manière intensive.

Un bon moyen de perdre du poids.

Ce régime peut correspondre aux athlètes occasionnels cherchant d’abord à perdre du poids. En effet l’amélioration de l’utilisation des lipides va favoriser la perte de masse grasse tout en maintenant la masse musculaire.

Paléo et pratique intensive, c’est possible !

Cependant ce régime peut être adapté à une pratique intensive en y intégrant des aliments plus riches en glucides mais à faible index glycémique (légumineuses, patates douces, fruits, éventuellement céréales non raffinées…).

Un athlète d’endurance à la recherche de performances doit intégrer le régime paléo dans son style de vie, tout en l’adaptant aux exigences de son sport. Là encore il sera trop juste pour assouvir les besoins nutritionnels en période « intensive » mais correspondra tout à fait aux périodes de récupération ou de repos.

 

Sources : wikipedia.fr, www.lanutrition.fr, regimepaleo.com (recettes), eatdrinkpaleo.com.au